• Grimpeuses

Portrait - Florence Pinet, de la compétition à l'ouverture...

Peux-tu te présenter rapidement pour les grimpeuses qui ne te connaîtraient pas ?

Salut ! Alors pour la p'tite histoire, j’ai 34 ans et ça fait maintenant… presque 30 que je grimpe ! D’abord en salle dans un club, ensuite en compétition. J’ai fait partie des équipes de France d’Escalade de 15 à 23 ans, j’ai eu deux titres de vice-championne du Monde jeune, trois titres de Championne de France senior et plusieurs finales en Coupe du Monde.

J’ai découvert la falaise à l’adolescence avec Céüse, un vrai coup de cœur et c’est la raison pour laquelle je continue à grimper. Ce qui me fascine avec le rocher c’est sa diversité, à chaque fois une nouvelle voie, un nouveau lieu, un autre style, un défi différent... ! Plus tu changes de profils, plus tu te mets volontairement en difficulté. La remise en question est permanente et tu apprends encore et encore… J’adore ! Bon je m’égare un peu sur ma présentation. Mais tout ça pour dire qu’à ma manière j’essaie de découvrir les multiples facettes de l’escalade, c’est ce qui m’anime. Un jour, je peux faire du bloc et le lendemain me lancer dans un big wall sur coinceurs…

A ce p’tit jeu j’ai parcouru de nombreux pays (le Groenland, le Pakistan, les US, la Chine, l’Afrique du Sud, l’Islande, le Maroc…). Et dans la mesure du possible, nous voyageons en camion, j’adore ce mode de vie en maison roulante grâce auquel nous avons rejoint la Turquie, l’Irlande, la Grèce, l’Angleterre, l’Écosse, les pays de l’Est… Malgré cet enthousiasme pour l’itinérance notre maison dans le sud (la 2ème que nous retapons car on est un peu tarés mais c’est tellement chouette de construire de ses mains ! ) et nos amis sont comme un pilier, un repère vraiment important pour moi, j’ai besoin de cette vie-là aussi !

Enfin, si je dois parler chiffre, je dirais que j’ai fait du 8a bloc (mais je ne me souviens plus des noms !!), du 8c+/9a en voie avec « Esclatamasters », du E9 6c en Trad avec « Big Issue », des bigs wall de plusieurs jours comme « Golden Gate 5.13a» sur El Cap au Yosemite, des grandes voies dures en libre comme Ali Baba (6 longueurs sur 8 dans le 8éme degré), une ouverture du bas avec une grande voie de 400m en compagnie de mes amis Chacha, Mémé, Guyop et Gé au Pakistan à 5000m d’altitude, une ouverture du haut avec Gé et Adri avec « la Baraka » un 8a trad en Corse (à ne pas louper pour les amateurs =) Et la plus belle… Peut-être la grande voie « Délicatessen » en Corse ?

Pour finir, depuis 10 ans je bosse en ouverture sur les compétitions nationales et dans des salles privées aujourd’hui essentiellement chez Climb Up. J’ai aussi un diplôme d’auxiliaire de puériculture mais pour l’instant je préfère avoir du temps pour grimper donc j’ai mis ce boulot de côté... Voilou, je crois avoir fait le tour !


2. Tu t’es tournée vers l’ouverture ces derniers temps. Pourquoi ? Qu’est-ce qui te plaît dans cette activité ?


C’est arrivé un peu par hasard, je cherchais du boulot, un championnat régional avait lieu dans mon village alors je me suis lancée pour le salaire et la curiosité car après plus de 15 ans de compète j’étais intriguée de voir comment ça se passait de l’autre côté de la barrière ! C’était une compète en mode ouverture sur corde, quelle expérience... J’avais juste soif d’apprendre et de proposer de belles voies aux grimpeurs afin qu’ils repartent ravis de leur compète. Je me suis régalée, j’ai continué… Je suis donc passée auto-entrepreneur et avec l’évolution de l’escalade indoor, il y avait du boulot, j’ai diversifié mes ouvertures en jonglant entre des ouvertures pour les équipes de France, les compétitions, les voies ou les blocs dans les salles privées pour tous niveaux...

Ce que j’aime par-dessus tout dans ce job c’est la création dans son ensemble. Proposer quelque chose d’esthétique pour que le grimpeur ait envie d’aller dedans et ensuite ne pas le décevoir en lui proposant du beau mouvement. A mon sens en tant qu’ouvreur, ce qui est important, c’est de varier ses ouvertures et les mouvements qu’on propose. Il faut sans cesse essayer des choses et ne pas s’enfermer dans une pratique d’ouverture comme en escalade de manière générale, encore une fois j’aime cette diversité ! Ensuite la cerise sur le gâteau, c’est observer les grimpeurs dans mes voies et mes blocs, voir si le mouvement proposé marche, si le niveau est adapté… Je ne m’en lasse pas =)


3. Tu voyages beaucoup pour grimper. As-tu quelques destinations favorites ?


J’aime l’escalade et l’ouverture pour son côté pluriel, j’aime le voyage pour cette même raison et par conséquent beaucoup de lieux me plaisent car ils sont différents les uns des autres donc il est difficile pour moi d’avoir une destination favorite... Mais je vais essayer de faire un effort ;-) J’aime la hauteur et la tranquillité pour m’évader, des lieux comme Bavella ou Taghia font sûrement partie de mes coups de cœur...


4. Tu grimpes avec ton compagnon (Gérôme Pouvreau). Comment vous gérez le fait de grimper en couple ? Est-ce que vous éprouvez des difficultés ?


Au contraire c’est très simple ! On se connaît par cœur, on a une vision de l’escalade quasi similaire, le choix des destinations est facile et il n’y a pas de tabou ni de barrière juste de la sincérité et du soutien dans nos projets… Nous n’avons rien à nous prouver, juste à grimper, c’est top =)


5. Après des années d’escalade en compétition et de voies extrêmes, on a l’impression que ta motivation demeure intacte. Est-ce vraiment le cas ? Comment fais-tu pour garder cette passion éternelle pour la grimpe ?


C’est un vrai problème ! J’ai envie de faire tellement de choses en grimpe qu’une vie ne pourra me permettre de réaliser tous mes projets. J’adore ce sport pour ça, peu importe ton niveau, ta pratique il y a tellement à faire et des projets différents à construire. Oui, ma passion reste intacte, elle s’amplifie même car aujourd’hui je réalise vraiment la chance que j’ai de réaliser ma passion dans de beaux lieux avec mes proches…Ce que j’aime dans la grimpe , c’est m’évader dans mon escalade, laisser le feeling agir, prendre de la hauteur et me surpasser. L’escalade peut être simple, c’est souvent nous qui la complexifions avec de la peur ou de la frustration… L’escalade m’a appris à prendre les choses comme elles sont, à se dépasser, à tout donner et parfois c’est surprenant comme juste l’envie et la détermination te permettent d’aller au bout de ton projet même avec une petite forme physique et de la fatigue, le mental...


6. Qu’est-ce que l’escalade t’a appris ?


L’escalade m’a bien trop appris, ça peut être long !!

L’escalade me rappelle sans cesse l'humilité ! Se sentir plus fort que le rocher de manière générale est une grossière erreur !! Il faut le respecter et tout donner. Aux US, je me souviens d’un trip, à Smith Rock, nous étions en forme physiquement, Gé avait fait « Just do It » et moi « To Bolt or not to be ». Sur ce même voyage nous avons rejoint Indian Creek, notre 1ère expérience en fissure et bah comment vous dire... Nous avions beau enchaîner des voies dans le 8 assez rapidement, là dans du 5.9 on ne faisait pas les malins ! Il fallait mettre son égo de côté, accepter et comprendre ; j’ai adoré me retrouver dans cette situation d’apprentissage. L’escalade c’est ça sauf si on ne change jamais d’horizon... Des exemples comme ça j’en ai plein. Il ne faut jamais oublier que l’escalade c’est dur ;-)

Ces prétendus « échecs » et « remises en question » m’ont appris à gérer mes frustrations, aujourd’hui il me semble que j’accepte mieux les choses. Plus vous allez lâcher, plus vous allez exploiter vos compétences et la perf n’est jamais très loin, yes !

L’escalade m’a aussi amené le voyage et comme pour la plupart des voyageurs ça nous apporte une certaine ouverture d’esprit, la vie simple, l’autonomie…

Mais encore l’esprit de cordée, la débrouille, l’engagement personnel, la vie de groupe, la prise de décision, le dépassement de soi, l’acharnement, le partage… Enfin, je pourrais en citer encore et encore, c’est une belle école de la vie =)

Enfin et surtout ça m’a offert mon chéri, la plupart de mes amis chers, mon travail... Ma vie ! Ce n’est pas rien !



7. Tu as été coach à Grimpeuses. Qu’as-tu pensé de cette expérience ? Qu’est-ce que cela t’a apporté ?



L’année derrière, j’étais coach dans le rassemblement « Grimpeuses ». Une belle expérience et encore un beau moment de partage autour d’une passion commune.

J’imagine que ce n’est pas le cas de toutes les filles mais les grimpeuses qui étaient sur l’événement sont venues chercher, entre autre, de la grimpe et de la discussion sans homme autour… Ça interpelle mais pourquoi ? Vaste sujet complexe ou pas, ça dépend pour qui, chaque grimpeuse est venue chercher quelque chose… C’est un moment opportun pour échanger sur la pratique de ce sport en tant que femme, trouver une émulation féminine, répondre à certaines problématiques... Un réel besoin donc merci à ce genre d’événement d’exister ! Enfin c’est déroutant de voir autant de filles grimper ensemble dehors et ma foi c’est classe, j’aime ça =)

77 views

                                                © Grimpeuses 2020, un évènement du Women's Climbing Symposium

  • Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Instagram Icon