top of page
_Cassou_Julia_Grimpeuses-Ailefroide-20023HQ-5093.jpg
  • Grimpeuses

Présentation des coaches 2024 à Paris et à Ailefroide – partie 3

Depuis leur création en 2018, les rassemblements Grimpeuses proposent aux participantes des ateliers grimpe encadrées par des coaches. Présentes depuis la première heure ou plus récemment arrivées, ces femmes inspirantes sont un des éléments qui contribuent à ce qui rend Grimpeuses unique ! Dans cette troisième partie, nous avons le plaisir de vous présenter, en mode "autoportrait" pour certaines, les coaches féminines qui seront présentes à Paris et Ailefroide cette année, ainsi que plusieurs garçons forts inspirants également !


Agathe Caillet


Je m'appelle Agathe, j'ai 20 ans, je suis passionnée d'escalade depuis l'âge de 8 ans, et je suis membre de l'équipe de France depuis 2019. J'ai hâte de participer à cet événement car au-delà de la performance, j'ai à cœur de transmettre ma passion et d'inspirer d'autres femmes à se dépasser. Je sais à quel point le sport peut être épanouissant et transformateur. C'est tout naturellement que j'ai accepté ce rôle, j'espère que mon expertise technique fera de moi une bonne coach et permettra aux grimpeuses de repousser leurs limites !





Caroline Ciavaldini



Caroline Ciavaldini, athlète professionnelle à l’origine de Grimpeuses, dit souvent qu’elle a déjà vécu trois vies de grimpeuse. D’abord celle d’une compétitrice dans le très haut niveau avec les équipes de France. Elle s’est ensuite tournée vers des aventures à travers le monde… avant d’être maintenant grimpeuse ET maman de haut niveau. Un parcours inspirant, de l’intransigeance parfois autodestructrice, des compétitions à une soif de découvertes à travers le monde. Elle explore aujourd’hui une nouvelle façon de grimper à son plus haut niveau tout autrement, dans la bienveillance envers elle-même, un idéal à reconstruire constamment. Et elle nous partagera tout cela lors d’une conférence à Paris.

 

Son objectif à travers Grimpeuses ? Influencer positivement le monde de l'escalade, en inspirant, en aidant chacun dans son développement personnel, tout en favorisant la création de lien entre les participants. Le tout dans la bonne humeur et la bienveillance, éléments indispensables à la progression.


Flavy Cohaut


Vous avez peut-être entendu parler de Flavy l’été dernier. La jeune grimpeuse membre de l’équipe de France venait de signer son premier podium en Coupe du monde de bloc ! Une performance inattendue pour certains. Mais qui, quand on suit son parcours de près, était tout à fait prévisible.

 

Elle nous partagera tout cela à Paris, ainsi que ses meilleurs tips pour progresser dans les blocs de coordination, un style de grimpe qu’elle affectionne particulièrement !


Maria Mayor


DE depuis deux ans, j’ai soif de continuer à m'enrichir d’expériences pour pouvoir la transmettre sur le terrain. Je jongle avec mes envies de voyager et de m'enraciner dans les Hautes Alpes, où je suis basée depuis peu. Malgré le fait d’être née dans la région la plus plate d'Espagne, je m'aventure dans le monde de la montagne et de l'escalade, que je trouve à la fois très intimidant et attirant. Dans mes premières années d'escalade je me suis fait amener par des amis/copains que j'ai suivis sans me poser trop de question. Peu à peu j’ai pris conscience que je voulais progresser vers l'autonomie. Cela a été, et est encore, une grosse bataille. Lors de mes interventions sur Grimpeuses je cherche à donner les outils aux filles pour aller vers cette autonomie, cette envie d’aller vers l'inconnu, d’explorer par nous-mêmes, d’oser et de se sentir libres.

 

James Pearson


C’est le plus Français des grimpeurs britanniques. Son truc à lui, c’est le trad. Un style d’escalade engagé, parfois dangereux, où l’athlète évolue sur des protections amovibles, coincées dans des fissures, dans des trous ou autres aspérités du rocher. Et à ce petit jeu-là, James excelle. Il s’avère qu’il a même ouvert la voie de trad la plus difficile au monde.

 

James, c’est aussi le mari de Caro. Il a donc assisté à la création et à l’évolution de Grimpeuses… jusqu’à y prendre part, notamment à travers des tables sur la grimpe en couple.

 


Siebe Vanhee


Belge et grimpeur de big wall, une combinaison que l’on voit très souvent malgré la claire opposition. Il faut croire que le manque de montagnes chez eux les rend encore plus déterminés pour conquérir celles du reste du monde. Passionné par tout type d’escalade et le trad en particulier, Siebe ne s’ennuie jamais ; il a toujours des projets bien durs sous le coude. Dernièrement il a passé une deuxième saison à essayer le Dawn Wall, (dit le big wall le plus dur au monde) et il a récemment libéré Riders on the storm (une voie de 1200 m dans la Torre Centrale de Torres del Paine en Patagonie) avec encore de Belges, Sean Villanueva et Nico Favresse.

 

Il nous rejoint dans cet événement pour nous partager son expérience et apporter, avec bienveillance, le regard masculin sur les sujets de discussion. 

 

Sandrine Vanlandeghem



Diplômée d'état escalade en MN, directrice des activités et gestion des SNE à la FFME, Sandrine est également vice-championne de France bloc vétéran. « L'escalade est ma passion » nous dit-elle. « Elle prône des valeurs qui me sont chères : prendre des risques pour explorer la réalité; sortir de sa zone de confort et apprendre. Quand je grimpe, j'existe. Et j'aime partager ce sport ».

 

Eline Le Menestrel


J’ai 25 ans, je suis une grimpeuse passionnée, musicienne et activiste écologiste. Je vois la pratique de sports outdoor comme des leviers écologiques, à condition que la pratique soit durable. Je cherche à grimper à mon meilleur niveau et à repousser mes limites pour montrer que performance et écologie peuvent aller de pair. Je collecte également de la joie, de l'espoir et les enseignements de l'escalade pour les repartager avec le monde. Je travaille avec des entreprises du secteur outdoor qui partagent mes valeurs et je les embarque dans ma mission. Je travaille aussi avec des institutions et des entreprises en dehors du secteur de l'outdoor pour engager le plus d’acteurs possible dans une transformation vers un monde plus juste, plus durable et respectueux du reste du vivant et du non vivant.

 

Alma Esteban

 

J'ai découvert l'escalade au Mexique il y a 15 ans, où j'ai commencé à grimper en créant un club, ce qui me permettait d'avoir des coéquipiers pour pouvoir apprendre ensemble. La notion de communauté a fait partie de ma définition d'escalade depuis le début. Depuis ma découverte au Mexique, ma pratique a beaucoup évolué, en passant par les grandes voies, le terrain d'aventure, l'équipement et rééquipement des voies mais surtout une analyse personnelle de ma pratique, un questionnement autour de ce qui se passe dans ma tête pendant l'escalade et comment me servir de cela pour mieux agir aussi bien dans le rocher que dans la vie. Cette curiosité m'a amené à découvrir d'autres approches conçues par des grimpeurs aussi passionnés de ce sujet, et suite à des formations que j'ai suivies et mon parcours personnel, j'ai développé des formations pour gérer la peur en escalade, et pour trouver le plaisir en explorant les limites de sa zone de confort.


Je suis motivée pour proposer ces ateliers à Grimpeuses car les opportunités de grimper avec d'autres femmes qui veulent aussi se challenger en grimpant a muerte sont rares. J'observe aussi que souvent l'autonomie en escalade est moins présente chez le public féminin, c'est pour ça que je trouve qu'un événement comme Grimpeuses est une excellente opportunité pour changer les tendances et surtout passer de super moments en partageant notre passion avec des autres femmes !



Inscrivez-vous aux évènements Grimpeuses ! 



Comments


bottom of page