top of page
_Cassou_Julia_Grimpeuses-Ailefroide-20023HQ-5093.jpg
  • Grimpeuses

Bouchra Baibanou, pionnière de l'alpinisme au Maroc

Première personne au Maroc à avoir réalisé le 7 Summits Challenge visant à gravir les points culminants de chaque continent, à 42 ans, Bouchra Baibanou transmet désormais, entre ses expéditions sur les pentes de l’Annapurna (8091 m) ou du Manaslu (8163 m), son expérience aux jeunes filles de son pays dans le but « contribuer à leur autonomisation ».


Depuis sa première ascension, le mont Toubkal (4 167m), point culminant du Maroc, à 26 ans, Bouchra Baibanou ne cesse d’enchaîner les sommets. « À l’époque peu de gens faisaient de la montagne par loisir, raconte-t-elle sur son blog. J’étais une pionnière dans ce domaine, il a fallu ouvrir toutes les portes, auprès de ma famille, auprès de mes amis ».


Après les sommets marocains, Bouchra s'attaque au point culminant d’Afrique, le Kilimandjaro (5895 m) aux côtés de son mari. « Nos amis se demandaient pourquoi nous n’allions pas plutôt utiliser cette somme d’argent pour acheter une voiture ou investir dans une maison. [Là-bas, ndlr], j’ai découvert ce grand défi d’alpinisme qu’est le Challenge des 7 sommets du monde [7 Summits Challenge, ndlr]. Et c’est à ce moment que j’ai décidé de tous les gravir ! »


La première personne marocaine, hommes et femmes confondus, à boucler le 7 Summits Challenge


L'idée du 7 Summits Challenge ? Gravir les points culminants de chaque continent. Le Kilimandjaro pour l'Afrique, l'Elbrouz pour l'Europe (5642 m), l'Aconcagua (6961 m) pour l'Amérique du Sud, le Denali (6190 m) pour l'Amérique du Nord, le Carstensz (4884 m) pour l'Océanie, puis le toit du monde, l’Everest (8849 m), point culminant de l'Asie, celui que Bouchra redoutait le plus, puisque qu’aucune Nord-Africaine n’y avait encore jamais mis les pieds. Dernier sommet du défi : l’ascension du Mont Vinson (4892 m) en Antarctique qu'elle arpente en 2018.


Bouchra entre alors dans le club très fermé de celles et ceux qui ont relevé ce défi lancé au début des années 70 par Reinhold Messner, le premier à conquérir les sept points culminants sur sept continents. En bouclant le 7 Summits Challenge, elle devient au passage la première personne marocaine, hommes et femmes confondus. Un exploit qui l'encourage à aller vers d'autres sommets.



Son objectif ? Contribuer à l’autonomisation des jeunes filles


2020 marque un tournant dans sa vie puisqu'elle prend la décision de quitter son poste d’ingénieure en informatique et télécommunication au ministère de l’Équipement et des Transports marocain « avec pour objectif de continuer à partager, de façon structurée, ma passion, mon amour des montagnes et de la nature, et mon expérience avec les autres » précise-t-elle. S'en suivent de nouveaux sommets : l’Annapurna (8091 m), un géant himalayen qu'aucun Marocain n’avait réussi à conquérir, ou encore le Manaslu, 8e plus haut sommet du monde culminant à 8163 m qu’elle n’est pas parvenue à gravir, notamment en raison des conditions climatiques désastreuses. « J’ai compris que la montagne ne voulait pas et j’ai respecté sa décision » a-t-elle expliqué par la suite.


En parallèle de ces exploits en montagne, Bouchra est membre de la fédération royale marocaine de ski et sport de montagne, présidente de la commission féminine et présidente de Delta Evasion, association de sport de montagne. Son objectif ? Partager son expérience et sa passion dans le but de « contribuer à l’autonomisation des jeunes filles ». « Au Maroc, « il y a beaucoup de discrimination, souligne-t-elle, beaucoup de filles ne continuent pas leurs études mais, si on leur en donne le pouvoir, elles vont se réaliser […] La montagne est une grande école ».

Comments


bottom of page